C’est, encore une fois chez Véronique Pestel, dans un monde d’oppression et de folle déraison, un disque de grande sérénité, de plénitude… Où, à boire à cette source de sagesse, on peut y étancher sa soif et reprendre des forces. Le monde en a besoin autant qu’il a besoin d’une telle poésie, faite de rimes solidaires. Et de limpides musiques où guitares et accordéon donnent le ton (…)”.

Lire la suite l’article de Michel Kemper sur l’album INTERIEUR AVEC VUE (octobre 2019) dans NOS ENCHANTEURS

“Chanter la gravité du monde avec légèreté, n’est-ce pas là la suprême élégance ? C’est ce que fait Véronique Pestel dans son dernier CD Intérieur avec vue magnifiquement arrangé par Jean Duino”.

Lire la suite   

Evelyne Lacoux

PRESSE

 

C’est exigeant, lyrique et ciselé à souhait. Ce que fait Véronique Pestel n’est ni facile ni complaisant : c’est de la chanson d’orfèvre. Une œuvre littéraire et poétique à l’envergure peu commune tant dans la voix, les textes ou la musique. Il est rare que tout soit à ce point traversé par un grand souffle créatif. TÉLÉRAMA

C’est beau au delà de tout, plus que touchant, plus que simplement émouvant. Parlée ou chantée, la voix de Véronique Pestel est rivage de tendre sagesse, de pure passion de l’autre : tout peut venir s’y échouer pour mieux reprendre vie.
Pestel est une de nos chanteuses les plus littéraires qui soient : rien, par elle, n’est gratuit. C’est un grand luxe d’une artiste on ne peut plus populaire dans l’âme, qui fait de la chanson un total bijou. (…)

 

Retrouvez ici tous les articles de Nos enchanteurs sur Véronique Pestel : NOS ENCHANTEURS, Michel Kemper

logo Hexagone

N’ayons pas peur de le dire, nous tenons là, bien loin des modes et du chobizenesse, une des plus belles plumes actuelles, celle d’une femme résolument debout, à l’univers aussi flamboyant que sa crinière indomptée.

Lire l’article d’Hexagone en entier : Article Hexagone Faire Autrement

 

Véronique Pestel Paroles de sages, femmes de parole…

 à retrouver en entier dans : Le blog du doigt dans l’oeil

13MAI  – Photo et article de Norbert Gabriel

(…) Véronique Pestel nous propose de la chanson qui raconte, c’est une conteuse chroniqueuse à la manière des Choses vues de monsieur Hugo, avec des portraits et des paysages sensibles, paroles et musiques dans un joli carrousel souriant, réaliste, indigné, toute la palette des sentiments d’une humaine témoin de son temps. Qui n’est pas toujours réjouissant, mais vaille que vaille, comme Vanina, elle sera toujours debout. On croise parmi ses figures tutélaires Colette ou Viviane Forrester, la Mimi de St Julien ou un philosophe un peu narquois qui demande « - Quel est le désespoir du philosophe ? – C’est la réponse à la question... »*